Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Plan du site |
Paroisse Sainte Hélène
102 rue du ruisseau
75018 | Paris
Tél : 01 46 06 16 99
Visitez aussi le site des fils de la charité
www.filsdelacharite.org

Le « Denier de l’Église » est une préoccupation permanente pour nos paroisses. Comment arriver à financer les initiatives missionnaires, les travaux, ainsi que le salaire des prêtres ou agents laïcs en pastorale ? Une nouvelle campagne de lancement du Denier de l’Église vient de s’ouvrir le 4 février. Merci pour votre participation !

« SAINTE HÉLÈNE, J’AIME, JE DONNE »


Rassurez-vous, Ste Hélène ne verse pas dans la pub médiatique facile ! Mais c’est un clin d’œil que vous adressent les membres du Conseil Economique de la Paroisse quand ils arborent ces mots gravés sur leur tee-shirt. Une manière de rappeler que l’Eglise ne reçoit aucune subvention. Et que l’essentiel des ressources de Ste Hélène provient de VOS DONS.
Tout d’abord, je voudrais REMERCIER chaleureusement tous ceux qui ont participé au Denier de l’église 2017. Malgré une petite diminution du nombre des donateurs, le résultat est légèrement supérieur à 2016 ! C’est pour moi un grand objet de satisfaction qui dit votre attachement à la Paroisse ! La chute du nombre de donateurs s’explique surtout par les décès, les déménagements ainsi que par la crise économique qui touche les familles...
Mais DEMAIN, c’est déjà AUJOURD’HUI ! Ayons le souci de voir Ste Hélène continuer à se caractériser par sa chaleur, sa convivialité et sa ferveur. Soucieux tant de la vie des enfants, des jeunes et des adultes que de l’entretien de l’église et des locaux, le Conseil Economique veille à une gestion rigoureuse, à la mesure de nos besoins mais aussi de nos moyens.
Nos GRANDES DÉPENSES ? A côté des indemnités des prêtres (à vrai dire, assez minimes puisqu’ ils touchent une part de leur retraite ou de leur salaire et la paroisse complète), il y a le salaire de nos 3 laïcs à temps partiels. Ainsi que les charges telles que les impôts locaux, l’électricité, le gaz, le chauffage, les photocopies, la sono, la mise aux normes de la sécurité…
Mais DONNER, c’est aussi UN DEVOIR chrétien de participation à la vie matérielle d’une paroisse qui vous enrichit humainement et spirituellement. Aidez-nous aussi à trouver de NOUVEAUX DONATEURS… Aidez-nous à oser proposer aux jeunes couples, aux nouveaux arrivants, de prendre leur part à cette charge. C’est aussi comme cela que nous préparerons l’avenir. Pour que les habitants du quartier qui le désirent, puissent continuer à trouver une communauté vivante (dans la diversité des âges et de ses cultures) ainsi qu’une église belle, accueillante et ouverte à tous.
MERCI de laisser résonner en vous mon souci de pasteur et celui du Conseil Économique. Merci à chacune et à chacun d’entendre cet appel, SELON SON CŒUR ET SES MOYENS. C’est tous ENSEMBLE que nous formons Ste Hélène. ENSEMBLE que nous sommes le "Corps du Christ" dans ce quartier si coloré et si attachant de Clignancourt !
Comment ne pas évoquer ici le souvenir de notre cher Jean Pichard qui nous a brutalement quittés fin 2017 ! Sa compétence, sa disponibilité et sa foi sont une référence. Un grand Merci aussi aux membres du Conseil, anciens et nouveaux, qui continuent l’Aventure avec moi !
Bien fraternellement…
Au nom du Conseil Économique de la Paroisse de mes frères Fils de la Charité Jean-Pierre et Robert P. Michel Retailleau, curé

SITE DE LA TROUPE SCOUT 25 ième DE pARIS
http://www.lavingtcinq.fr/

CATÉCHUMÉNAT


Il est possible de découvrir la foi chrétienne à tout âge et de se préparer aux sacrements de baptême, confirmation, communion, et aussi de découvrir le contenu de la foi si on a été baptisé tout jeune et que l’on s’est ensuite éloigné de l’Église.
Cette découverte de la foi se fait dans un accompagnement personnel et au cours de rencontres générales.
Responsable : Père Robert JOURFIER

TON ENNEMI… UN FRÈRE !

" En aimant ton ennemi, tu souhaites qu’il te soit un frère. Ce n’est pas ce qu’il est que tu aimes en lui, mais ce que tu veux qu’il soit. Imaginons du bois de chêne non taillé. Un artisan habile voit ce bois, coupé dans la forêt ; ce bois lui plaît ; je ne sais pas ce qu’il veut en faire, mais ce n’est pas pour qu’il demeure comme il est que l’artiste aime ce bois. Son art lui fait voir ce que ce bois peut devenir ; son amour ne va pas au bois brut, il aime ce qu’il en fera, non le bois brut.

C’est ainsi que Dieu nous a aimés quand nous étions pécheurs. Il dit en effet : « Ce ne sont pas les bien portants qui ont besoin du médecin mais les malades ». Nous a-t-il aimés pécheurs pour que nous demeurions pécheurs ? L’Artisan nous a vus comme un bois brut venant de la forêt, et ce qu’il avait en vue, c’est l’œuvre qu’il tirerait de là, non le bois ou la forêt. Toi de même : tu vois ton ennemi s’opposer à toi, t’accabler de paroles mordantes, se rendre rude par ses affronts, te poursuivre de sa haine. Mais tu es attentif au fait qu’il est un homme. Tu vois tout ce que cet homme a fait contre toi, et tu vois en lui qu’il a été fait par Dieu. Ce qu’il est en tant qu’homme, c’est l’œuvre de Dieu ; la haine qu’il te porte, c’est son œuvre à lui. Et que dis-tu en toi-même ? « Seigneur, sois bienveillant pour lui, remets-lui ses péchés, inspire-lui ta crainte, change-le. » Tu n’aimes pas en cet homme ce qu’il est, mais ce que tu veux qu’il soit. Donc, quand tu aimes ton ennemi, tu aimes un frère."
Saint Augustin (354-430)

AIMER DES PERSONNES DIFFICILES

Voici 6 moyens pratiques pour montrer de l’amour aux personnes difficiles …

1. Priez pour votre propre cœur : Demandez à Dieu d’adoucir votre cœur envers cette personne, d’enlever la colère et l’irritation, de vous revêtir d’humilité et de gentillesse, de comprendre les souffrances de cette personne et d’y répondre avec compassion.
2. Priez pour elles : Demandez à Dieu de travailler dans leurs cœurs, d’amener à lui celles qui ne croient pas et de sanctifier les croyants afin qu’ils ressemblent toujours plus à Jésus.
3. Allez vers elles au lieu de vous éloigner : On a tendance à éviter les gens avec qui nous ne nous entendons pas bien, alors que ce sont précisément les personnes que nous devrions rencontrer. Trouvez des moyens de parler avec elles, invitez-les à boire un café, envoyez-leur un message.
4. Trouvez des façons pratiques de les bénir et de les encourager : Écrivez-leur un petit mot amical. Offrez-leur un livre qui vous a encouragé. Dites-leur que vous priez pour elles.
5. Faites-leur grâce comme Dieu vous fait grâce : Rappelez-vous la grâce intarissable que Dieu déverse chaque jour pour vos péchés. Demandez à Dieu de vous aider à les supporter, à leur pardonner, comme il vous a pardonné.
6. Acceptez d’être aussi une personne difficile dans la vie de quelqu’un d’autre ! : Peut-être ne vous rendez-vous pas compte que vous êtes une épine dans la chair d’une personne proche de vous. Ne soyez pas aveugles face à vos propres défauts et péchés.
Dieu sera honoré et notre cœur trouvera une satisfaction plus profonde en cherchant à aimer les gens comme le Christ nous a aimés.

Stacy Reaoch ( USA) mariée et mère de 4 enfants.

BESOIN DE RÉCITS POUR VIVRE

" Qu’ils soient sous forme de fables, de romans, de films, de chansons, de nouvelles … les récits affectent nos vies, même si nous n’en sommes pas conscients. Les récits nous marquent, façonnent nos convictions et nos comportements. En lisant l’Écriture, les histoires des saints, ainsi que ces textes qui ont su lire l’âme humaine et mettre en lumière sa beauté, l’Esprit Saint est libre d’écrire dans nos cœurs.

Combien de récits nous intoxiquent, en nous persuadant que, pour être heureux, nous aurions constamment besoin d’avoir, de posséder, de consommer. Nous ne réalisons pratiquement pas à quel point nous devenons avides de tapages et de commérages ; nous consommons tant de violence et de fausseté… Souvent sur les toiles de la communication, des récits destructeurs et offensants sont élaborés. En rassemblant des informations non vérifiées, en répétant des discours insignifiants et faussement persuasifs, en blessant avec des propos de haine, on ne tisse pas l’histoire humaine, mais on dépouille l’homme de sa dignité…

Nous avons besoin de patience et de discernement pour redécouvrir des récits qui nous aident à ne pas perdre le fil au milieu des nombreuses afflictions d’aujourd’hui ; des récits qui remettent en lumière la vérité de ce que nous sommes, jusque dans l’héroïsme ignoré de la vie quotidienne. "

Pape François aux journalistes, ce 24 janvier 2020.

LA JOIE CONTAGIEUSE DE L’ÉVANGILE

" La situation minoritaire des chrétiens dans la société représente peut-être une chance : les voilà tenus de retrouver la Joie contagieuse de l’Évangile…

Le dominicain belge Dominique Collin apporte de l’eau à ce moulin : " Le sentiment que tout se vaut et que rien ne vaut traverse nos sociétés ; nos contemporains ne voient pas en quoi l’Évangile donne la joie de vivre, en quoi il les concerne." La joie vibrante de ceux qui rencontrent le Christ se perçoit dans les premiers textes chrétiens, fait-il remarquer en lisant la 1ère lettre de Jean (1, 1-4) :
« Ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu, ce que nous avons contemplé… nous vous l’annonçons, afin que votre Joie soit complète. »
"L’urgence est bien de renouveler l’heureuse annonce chrétienne. Il n’y a pas d’autre chemin pour cela que la vivre, souligne-t-il : " Évangéliser, c’est devenir soi-même la parole de vie que l’on a reçue, sans jamais croire que nous la possédons. La vérité du message évangélique, faite de douceur et de bienveillance, reste toujours neuve. Elle nous précède et se vérifie dans le lien fraternel qu’elle crée. "…

Le pape François aime rappeler que l’Église ne grandit pas par prosélytisme (des actions visant à
" recruter " de nouveaux membres), mais par l’attraction d’un certain style de vie, d’une Joie…
D. Collin poursuit : "L’Évangile dit pour aujourd’hui des choses plus justes que ce que l’on entend ailleurs. "

Le Pèlerin du 7 novembre 2019

LA PAROLE DE DIEU

" La parole de Dieu, on ne l’emporte pas au bout du monde dans une mallette : on la porte en soi, on l’emporte en soi.
On ne la met pas dans un coin de soi-même, dans sa mémoire comme sur une étagère d’armoire ou on l’aurait rangée. On la laisse aller jusqu’au fond de soi, jusqu’à ce gond où pivote tout notre être.
On ne peut pas être missionnaire sans avoir fait en soi cet accueil franc, large, cordial à la Parole de Dieu, à l’Évangile.
Cette parole, sa tendance vivante, elle est de se faire chair, de se faire chair en nous. Et quand nous sommes ainsi habités par elle, nous devenons aptes à être missionnaires.
Mais ne nous méprenons pas. Sachons qu’il est très onéreux de recevoir en soi le message intact. C’est pourquoi tant d’entre nous le retouchent, le mutilent, l’atténuent.
On éprouve le besoin de le mettre à la mode du jour comme si Dieu n’était pas à la mode de tous les jours, comme si on retouchait Dieu…
Une fois que nous avons connu la Parole de Dieu, nous n’avons pas le droit de ne pas la recevoir ; une fois que nous l’avons reçue, nous n’avons pas le droit de ne pas la laisser s’incarner en nous, une fois qu’elle s’est incarnée en nous, nous n’avons pas le droit de la garder pour nous : nous appartenons dès lors à ceux qui l’attendent. "

Madeleine Delbrel (1904-1964)
Extrait de « Nous autres, gens des rues. »

BESOIN DE SE FAMILIARISER AVEC LA PAROLE DE DIEU

" La Parole de Dieu écoutée et célébrée, surtout dans l’Eucharistie, alimente et fortifie intérieurement les chrétiens et les rend capables d’un authentique témoignage évangélique dans la vie quotidienne. Nous avons désormais dépassé cette ancienne opposition entre Parole et Sacrement. La Parole proclamée, vivante et efficace, prépare à la réception du sacrement et dans le sacrement cette Parole atteint son efficacité maximale.

L’étude de la Sainte Écriture doit être une porte ouverte à tous les croyants. Il est fondamental que la Parole révélée féconde radicalement la catéchèse et tous les efforts pour transmettre la foi. L’évangélisation demande la familiarité avec la Parole de Dieu et cela exige que… les paroisses proposent une étude sérieuse et persévérante de la Bible, comme aussi en promeuvent la lecture orante personnelle et communautaire. Nous ne cherchons pas à tâtons dans l’obscurité, nous ne devons pas non plus attendre que Dieu nous adresse la parole, parce que réellement « Dieu a parlé, il n’est plus le grand inconnu mais il s’est montré lui-même ». Accueillons le sublime trésor de la Parole révélée."

Pape François n° 174-175 de " La Joie de l’Evangile "

SAUVER LA BEAUTÉ DU MONDE

Grand reporter de guerre, Jean-Claude Guillebaud a passé plus de 25 ans à couvrir des conflits, dans les années 1970 à 1990. Extraits d’une interview :

" Pour mon premier reportage, le directeur de l’époque m’a envoyé couvrir la guerre du Biafra, au Nigeria. Ce reportage, ça a été ma première rencontre avec la violence et la guerre. Et ça a décidé de la suite de ma carrière. Au fil de mes reportages, j’ai appris que la beauté et la laideur se côtoyaient en permanence. La joie et l’accablement aussi. J’ai réalisé que dans les pires situations, les plus terribles et terrifiantes, des gens ne désarment pas, refusent de flancher. Ils m’ont donné une leçon de dignité, d’espérance de courage et de sang-froid.

Qu’est-ce que la beauté du monde ? Il y a d’abord la beauté physique du monde... Il suffit de la regarder, de ne pas l’oublier : le vol délicat d’un oiseau, la couleur d’une fleur, la beauté d’un paysage… Et puis il y a la beauté morale, c’est ce que j’appelle les belles personnes. Ce sont ceux qui font que, quand on les rencontre, on est content d’être humain comme eux. Ces personnes rayonnent, elles irradient de joie, de générosité et de présence au monde…

Le monde ne mourra pas par manque de beauté et de merveilles mais par manque d’émerveillement… Le fracas de la mer qui bouleverse, le cirque de montagne qui efface la mélancolie, la musique d’un rire d’enfant qui réchauffe, le pas d’une femme qui interpelle… Oui, il faut éduquer à la beauté car la beauté fait lever en nous cette exaltation ravie qui ressemble au bonheur. C’est sur cet émerveillement continuel qu’il faut miser pour sauver la beauté du monde… En tant que chrétien, nous avons aussi une obligation spirituelle qu’est le partage. Toute notre vie, partager ce que nous avons reçu, ce que nous croyons, est notre premier devoir. "

Son livre : " Sauver la beauté du monde ", Editions L’Iconoclaste

LE PAPE ET LA BOMBE ATOMIQUE

" L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est aujourd’hui plus que jamais un crime, non seulement contre l’homme et sa dignité, mais aussi contre toute possibilité d’avenir dans notre maison commune…

" Ici, dans une lueur d’éclair et de feu, de tant d’hommes et de femmes, de leurs rêves et de leurs espérances, il n’est plus resté qu’ombre et silence. En à peine un instant, tout a été dévoré par un gouffre noir de destruction et de mort. De cet abîme de silence, aujourd’hui encore on continue d’entendre, fort, le cri de ceux qui ne sont plus. Puisse cet abîme de souffrance rappeler les limites à ne jamais dépasser ! …

L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires — autrement dit : la dissuasion nucléaire — est immorale, comme est immorale toute possession de l’arme atomique. .. Comment pouvons-nous proposer la paix si nous utilisons l’intimidation de la guerre nucléaire comme recours légitime pour résoudre les conflits …

Quand on retient les leçons de l’histoire », la paix n’est pas une « pure absence de guerre ». Elle est plutôt le fruit de la justice, du développement de la solidarité, de la sauvegarde de notre maison commune et de la promotion du bien commun. "

Extraits de son discours à Nagasaki et Hiroshima (Japon), 24 / 11/ 2019

L’ESSENTIEL EST INVISIBLE POUR LES YEUX

" Le Petit Prince revint vers le renard :
- Adieu, dit-il…
Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.
- L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le Petit Prince, afin de se souvenir.
- C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.
- C’est le temps que j’ai perdu pour ma rose… fit le Petit Prince, afin de se souvenir
- Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose…
- Je suis responsable de ma rose… répéta le Petit Prince, afin de se souvenir. "

Extraits du " Petit Prince " d’Antoine de Saint-Exupéry

LES SAINTS, CE SONT NOS FRÈRES ET NOS SŒURS

" Les saints et les saintes de tous les temps, que nous célébrons aujourd’hui ne sont pas simplement des symboles, des êtres humains lointains, inatteignables. Au contraire, ce sont des personnes qui ont vécu les pieds sur terre ; ils ont expérimenté la fatigue quotidienne de l’existence avec ses succès et ses échecs, en trouvant dans le Seigneur la force de toujours se relever et poursuivre le chemin. Cela fait comprendre que la sainteté est un objectif qui ne peut pas se poursuivre avec ses seules forces, mais qui est le fruit de la grâce de Dieu et de notre réponse libre…

Les saints sont des frères et sœurs qui ont accepté dans leur vie qu’ils avaient besoin de cette lumière divine, en s’abandonnant à elle avec confiance. Ils constituent la “Cité sainte”, vers laquelle nous regardons avec espérance, comme vers notre objectif définitif. Nous marchons vers cette “cité sainte”, où nous attendent ces saints frères et sœurs. C’est vrai, nous sommes fatigués de l’amertume du chemin, mais l’espérance nous donne la force d’avancer. En regardant leur vie, nous sommes encouragés à les imiter. "

Pape François, à l’occasion de la Toussaint 2019

JÉSUS AIME L’HUMILITÉ

Jésus, dans la parabole du pharisien et du publicain, dépeint deux de nos attitudes dans la prière. Car nous sommes tous, tantôt le pharisien, tantôt le publicain. Il n’a pas raté notre orgueil et sa description de notre enflure ne manque pas d’humour, d’esprit et de piquant.

Ce que Jésus flétrit, c’est le mépris des autres et l’assurance de notre supériorité. Il aime l’humilité, une humilité très simple, sans théâtre ni ostentation, une humilité qui nous fait comprendre combien nous sommes pauvres, réellement pauvres, devant Dieu. Pour Lui bien sûr, celui qui est plein de lui-même, Dieu ne peut le remplir.

Mais les jugements qu’Il porte sont nuancés et imagés, sans charge excessive ni parti pris révoltant. Le pharisien est démasqué dans son orgueil et le publicain tiré de sa bassesse. Mais en fait, il n’est pas dit que le pharisien est condamné, comme tant de citations le laissent entendre. « Je vous le dis, celui-ci (le publicain) descendit dans sa maison justifié,
plutôt que l’autre (avant l’autre)… »

Il s’agit de nous, dans les deux cas, ne l’oublions pas. Notre orgueil éloigne Dieu et nous laisse avec notre seule vertu. Bien peu de chose ! Par contre, Dieu prend plaisir à exalter ce pauvre gueux que nous sommes, lorsque dans notre misère, nous nous réfugions en Lui.
Père Gabriel (Oraweb.net)

MA FOI EST MORTE ?

" La foi, c’est comme l’amour. On ne décide pas d’aimer. L’amour, ça vous tombe dessus brutalement comme un coup de foudre, ou ça vient progressivement. De même pour la foi. On ne décide pas de croire. La foi peut vous tomber dessus, brutalement, mais c’est rare. Le plus souvent, la foi a partie liée avec l’enfance : on est né avec, ou dedans.

Ce qui est vrai, en revanche, c’est qu’on peut décider, un jour, qu’on n’a plus la foi, ou qu’on n’aime plus la femme avec laquelle on vit depuis un certain temps. Je dis que l’on décide, mais ce n’est pas exact : on constate, plutôt, qu’on n’aime plus, qu’on n’a plus la foi. Mais ici, peut intervenir la volonté, la décision… On peut constater que l’on n’éprouve plus aucune passion pour sa femme, mais peut-être que l’amour, ce n’est pas la passion ! Peut-être pouvons-nous continuer à nous aimer, mais autrement, par-delà l’évidence de la passion…

Il en va de même pour la foi. La plupart des chrétiens d’âge mûr sont passés par un moment où ils ont fait ce triste constat : " Ma foi est morte." Or, ce qui est mort, en réalité, c’est la foi de leur enfance. Ils ne peuvent pas continuer à croire ce qu’ils croyaient quand ils avaient 12 ans. Ils ne peuvent plus croire de la même manière. Alors, ils peuvent décider de tout balancer… Mais ces adultes peuvent aussi se dire : " Peut-être que la foi commence maintenant : quand cela ne va plus de soi, quand la foi n’est plus une évidence…" C’est une autre foi, une autre aventure. "
D. Salin, jésuite, dans " La Croix " du 4/10/19

CE QU’EST ÉVANGÉLISER

" Le Seigneur nous a envoyés évangéliser les hommes. Mais as-tu déjà réfléchi à ce que c’est qu’évangéliser les hommes ? Évangéliser un homme, vois-tu, c’est lui dire : Toi aussi tu es aimé de Dieu dans le Seigneur Jésus. Et pas seulement lui dire, mais le penser réellement. Et pas seulement le penser, mais se comporter avec cet homme de telle manière qu’il sente et découvre qu’il a en lui quelque chose de sauvé, quelque chose de plus grand et de plus noble que ce qu’il pensait, et qu’il s’éveille ainsi à une nouvelle conscience de soi. C’est cela, lui annoncer la Bonne Nouvelle. Tu ne peux le faire qu’en lui offrant ton amitié. Une amitié réelle, désintéressée, sans condescendance, faite de confiance et d’estime profonde.

Il nous faut aller vers les hommes. La tâche est délicate. Le monde des hommes est un immense champ de lutte pour la richesse et la puissance. Et trop de souffrances et d’atrocités leur cachent le visage de Dieu. Il ne faut surtout pas qu’en allant vers eux nous leur apparaissions comme une nouvelle espèce de compétiteurs. Nous devons être au milieu d’eux les témoins pacifiés du Tout-Puissant, des hommes sans convoitises et sans mépris, capables de devenir réellement leurs amis. C’est notre amitié qu’ils attendent, une amitié qui leur fasse sentir qu’ils sont aimés de Dieu et sauvés en Jésus-Christ. "
Eloi Leclerc : " Sagesse d’un pauvre "

Accueil

Bienvenue dans la Paroisse Sainte-Hélène

PROCLAMATION DE LA PAROLE
Chaque dimanche à partir de 10 h Michel FOREVER est présent pour aider celles et ceux qui veulent apprendre à mieux proclamer la Parole de Dieu, avant la messe.

Lire la suite Lire la suite

Un site pour préparer son mariage

www.pourvotremariage.org : Ce site est destiné à tous ceux qui envisagent et/ou se préparent à se marier à l’Église catholique. Il a été réalisé par des couples et des prêtres pour vous accompagner au mieux et vous faire découvrir le déroulement de la prière de l’Église.

BIENVENUE DANS NOTRE EGLISE SAINTE HELENE ;

Plusieurs espaces vous accueillent dans notre église :

-  Si vous voulez prier devant le Saint Sacrement vous allez dans la chapelle située à droite.

-  Si vous voulez prendre du temps pour accueillir la Parole de Dieu, vous allez dans l’espace à gauche dans la chapelle du Sacré Cœur.

-  Si vous voulez prier Marie ou les Saints, vous allez dans la chapelle de la Vierge à droite. C’est là que vous trouverez bougies et veilleuses.

-  Vous pouvez aussi écrire vos intentions de prière sur le livret à coté du bénitier de l’entrée.

-  Vous pouvez aussi découvrir la vie de Sainte Hélène et de son fils Constantin en regardant la fresque du fond de l’église. Un livret est à votre disposition.

A L’ENTREE DE L’EGLISE SE TROUVE UN LIVRE DE PRIERE ;

VOUS POUVEZ Y ECRIRE VOS INTENTIONS QUI SERONT PRISES
EN CHARGE PAR TOUTE LA COMMUNAUTE